La Scena Musicale

Wednesday, 23 January 2008

Franz Schubert : Die Winterreise (version de chambre de Normand Forget)

Pentaèdre, Christoph Prégardien, ténor et Joseph Petric, accordéon
ATMA classique
ACD2 2546
*****
$$$

On considère souvent Die Winterreise comme étant la quintessence du cycle de lieder; une quantité innombrable de ténors et de barytons ont gravé leur interprétation, notamment Dieter Fischer-Dieskau, Peter Pears et, plus récemment, Ian Bostridge.

Le Voyage d'hiver est une des dernières oeuvres de Schubert. Écrite en 1827 au moment où il sent avec désespoir sa santé décliner, le compositeur y exprime ses plus sombres pensées sur l'amour impossible et la fatalité de la mort. La lecture d'un recueil de poèmes de son contemporain Wilhelm Müller l'interpelle profondément. Müller y raconte, en 24 tableaux, l'histoire d'un jeune homme qui, abandonné à la suite d'un échec amoureux, se lance dans un voyage sans retour à travers la campagne gelée. Schubert venait de trouver un souffle avec lequel il pourrait sublimer ses pensées lugubres et atteindre de nouveaux niveaux d'émotion, de profondeur.

La présente version, pour voix d'homme accompagnée d'un quintette à vents et d'un accordéon, est exceptionnelle à tous points de vue. Normand Forget, le hautboïste de Pentaèdre, a préparé un arrangement raffiné qui non seulement remplace la partie de piano originale, mais la pousse plus loin en colorant les atmosphères. La partition fait appel à des instruments secondaires (piccolo, hautbois d'amour, clarinette basse, etc.). Le quintette se transforme même en choeur sans paroles pour un des lieder ! Notons que Forget a gardé l'ordre initial des poèmes et non celui du cycle de Schubert.

Avec cet enregistrement, le ténor allemand Christoph Prégardien confirme sa place parmi les grands chanteurs de lieder actuels; sa voix, dont on ne perd pas un seul mot, est tour à tour plaintive, puissante et rêveuse, toujours ronde et contrôlée à l'aigu comme au grave. L'inspiration est continue et la complicité avec Pentaèdre, palpable. Le quintette à vents, complété du formidable accordéon de Joseph Petric, produit un accompagnement d'une extrême beauté.

Pentaèdre, un peu à la manière du Kronos Quartet, réussit à se renouveler constamment; la formation transcende le genre du quintette à vents. Avec quel nouveau projet va-t-il nous surprendre ?

-Louis-Pierre Bergeron

Buy this CD at amazon.com

Labels: , , , ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home