La Scena Musicale

Monday, 10 March 2008

Concertos de Glazounov et Tchaïkovski

Vadim Gluzman, violon; Bergen Philharmonic Orchestra/Andrew Litton
BIS 1432SA
SACD 70 min 58 s

Vadim Gluzman : « l’Art du violon », tout simplement

À l’heure où d’autres jeunes violonistes cherchent tous à se différencier par une sonorité étourdissante, des libertés d’interprétation déroutantes ou une technique désinspirée, Vadim Gluzman apparaît comme une pure et simple merveille… Pure et simple au sens où il n’use que d’une seule chose : l’art du violon, au sens le plus noble et le plus traditionnel du terme. Car Vadim Gluzman est le digne représentant de cette grande école russe juive du violon, celle d’Heifetz, Milstein, Oïstrakh ou Kogan. Écouter Vadim dans cet album Glazounov / Tchaïkovski vous ramène un peu au temps et aux manières « d’Odessa »… Le violoniste israélien a en effet cette chaleur, cette intensité, ce son puissant, noble et racé, tout en possédant une technique complète, variée et quasi inégalée de nos jours. Vadim Gluzman est un musicien brillant et des plus inspirés, de par l’équilibre qu’il trouve entre des interprétations fortes, opinées, personnelles, et une maîtrise technique imparable.

Dans cet album où il a eu l’excellente idée de réunir ces deux grands compositeurs russes, au travers de trois œuvres très différentes, Vadim en fait toute la démonstration : le Concerto de Tchaïkovski, pièce techniquement redoutable que seuls quelques « pirates » s’osent à enregistrer, sonne sous ses doigts avec une simplicité quasi déconcertante, ce qui lui permet d’en proposer une interprétation sensible, intense et brillante. Hasard de l’histoire et du destin, Vadim Gluzman joue le Stradivarius Auer, du nom du grand violoniste auquel Tchaïkovski avait dédié cette pièce; un violon dont la sonorité impressionne, de l’introduction de l’Allegro aux dernières notes envolées du Finale, en passant par des Cadenzas diaboliques de virtuosité. Sans perdre une seconde la dynamique de jeu, la puissance de son et la sensibilité qui le caractérise, Gluzman grave ici une des versions les plus impressionnantes, les plus enjouées, et les plus réfléchies, du Concerto de Tchaïkovski.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, Vadim Gluzman et Andrew Litton ont eu la bonne idée de coupler ce Concerto avec celui de Glazounov, rarement joué sur scène et encore moins enregistré. « Cheval de bataille » de Leonid Kogan, cette œuvre est magnifiquement interprétée par le violoniste israélien, qui profite d’un accompagnement formidable, tout en nuances, en clarté et en profondeur sonore, du Bergen Philharmonic Orchestra. Concerto de contrastes, où coexistent de grands développements mélodiques et des passages virtuoses fébriles, l’œuvre de Glazounov trouve en Vadim Gluzman un interprète parfait…

N’oublions pas le Souvenir d’un lieu cher de Tchaïkovski et arrangé pour violon et orchestre par Glazounov, pièce courte mais empreinte d’une vaste palette d’émotions, où Vadim Gluzman nous transporte de la somptueuse et raffinée Méditation à une Mélodie non dénuée de nostalgie et de… souvenirs.

Un très grand bravo à Vadim Gluzman pour ces magnifiques interprétations : cet enregistrement, à n’en pas douter, restera dans les annales…

-Audrey Roncigli

Buy this CD at amazon.com

Labels: , , ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home