La Scena Musicale

Sunday, 6 April 2008

Lettre de Alain Trudel au sujet de l’Orchestre de la radio de la CBC

[English Version]

Vendredi, le 4 avril 2008


Chers membres de mon orchestre,
Chers collègues,
Chers mélomanes, d'un océan à l'autre.

Au cours des derniers jours, j’ai reçu vos très nombreux messages concernant la mort prématurée de l’Orchestre de la radio de la CBC. Je tiens d’abord à vous remercier le plus chaleureusement du monde pour l’intérêt et l’affection que vous lui portez. Je suis profondément ému de constater le nombre de personnes qui saisissent son importance aux yeux des Canadiens venant de tous les horizons musicaux, lui qui célèbre cette année son soixante-dixième anniversaire.

Les musiciens et moi-même sommes bien sûr catastrophés par la perte de notre mandat à la CBC, ce mandat qui constituait notre raison même d’exister. En cette heure de choc et de chagrin, il me semble important de souligner, le plus clairement que je le puis, l’importance de l’Orchestre pour notre pays et pour la CBC elle-même. Pour assurer la suite des choses, il nous faut comprendre ce que l’Orchestre représente, et la place qu’il occupe dans notre vie culturelle.

Au moment où j’écris ceci, le CRO constitue l’un des meilleurs orchestres du pays, un orchestre qu’il nous a fallut, à nous Canadiens, des décennies à construire. C’est un véritable bijou musical et un irremplaçable repère culturel.

Étant le seul orchestre radiophonique d'Amérique, le CRO suffirait à marquer, à lui seul, la spécificité de la scène musicale canadienne. Du simple fait de son existence, de ses objectifs et de son travail, il participe à exprimer l’unicité de toutes les cultures du Canada.

Depuis le début de son histoire, le CRO fait appel à des compositeurs et à des interprètes de toutes tendances et venant de toutes les régions du pays, faisant ainsi la démonstration de ce que la musique est bien vivante au Canada, même aux heures où d’autres sujets de préoccupation sont de nature à engendrer le désespoir ou le découragement. Par l’entremise de concerts en salles radiodiffusés, le CRO permet aux solistes et aux compositeurs canadiens de se faire entendre, ce qui en soi équivaut à envoyer un message d’espoir à tous les jeunes créateurs et à tous les jeunes musiciens de toutes tendances musicales. Il représente une promesse : leurs voix seront entendues et reconnues !

Tout au long de mon mandat, j’ai insisté pour nous développions des projets appartenant à tous les genres musicaux, y compris au jazz, à la world music, au populaire et à la musique des Premières Nations. En 2007, nous avons entrepris le Great Canadian Song Book, qui a commandé à des compositeurs de toutes tendances de vrais poëmes musicaux pour orchestre sur des oeuvres de grands auteurs compositeurs, de Joni Mitchell en passant par Neil Young, de Buffy Ste-Marie aussi bien que de Serge Fiori Michel Rivard et bien d'autres. L’Orchestre a mis sur pied des projets de création sur les musiques d’Asie et du Moyen-Orient. D'autres collaborations incluent des concerts avec des grands du jazz autant que le répertoire traditionnel pour orchestre, et même une collaboration avec le rappeur K-os. Au cours de la dernière saison, vous avons passé commandes pour 18 oeuvres, destinées à sept concerts. Grâce à l’Orchestre, la radio de la C.B.C. ne se contente pas d’être un diffuseur mais devient partie constituante du processus de création artistique au Canada.

Grâce au réseau de diffusion nationale, l’Orchestre a pu rejoindre des gens de tous les coins du pays. En septembre 2007, nous avons interprété en direct un programme mis au point spécialement pour l’occasion, à partir d’Iqaluit. Quelques mois plus tard, nous étions à White Rock, en Colombie britannique. Nous avons reçu des invitations de petites et de grandes communautés d’un bout à l’autre du Canada, et même de salles de concerts européennes importantes. De tels projets doivent, hélas, être désormais abandonnés.

J’ai eu la chance, au cours de ma carrière, de travailler assidûment à travers le pays, et ce autant en anglais qu’en français, ce qui m’a permis d’acquérir une perspective réellement nationale. À mon grand bonheur, au cours des derniers mois, la radio française de la SRC est devenue non seulement davantage consciente de l’excellent travail accompli par le CRO, mais a même émis le souhait de participer désormais à son existence. À ce chemin-là aussi, nous devons à présent renoncer. Quoi qu’il en soit, le rôle de rassembleur entre les différentes regions du canada qu’à joué l’Orchestre ne doit jamais être oublié.

Plusieurs choses se confirme par le travail de l'orchestre de la CBC, et maintenant dans vos réponses à l'annonce de sa disolution : l’importance de la musique dans nos vies, l’importance de cultiver, d’épauler et de diffuser l’extraordinaire talent, incroyablement diversifié, qui existe dans notre pays, le rôle de rassembleur que se doit de jouer un radiodiffuseur national, et bien d’autres encore. Chacun d’entre nous tirera ses propres conclusions de tout ceci, mais une chose est certaine : le CRO nous rappelle ce que nous chérissons les plus profondément dans la musique et dans notre pays.

Bien respectueusement,

Alain Trudel
Chef principal, CBC radio Orchestra

Labels: , ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home