La Scena Musicale

Monday, 21 April 2008

Linus Roth : naissance d’un (très) Grand…

Lorsqu’Anne-Sophie Mutter écrit de ce jeune violoniste allemand, qu’il est un « artiste dont la sensibilité musicale et la virtuosité ne font pas de doute » et dont « l’éventail stylistique, le caractère et le charisme se sont largement développés et l’ont toujours convaincue », elle ne fait que confirmer une impression largement positive issue des scènes de concert et d’un enregistrement remarquable parue chez EMI…

Né en 1977 à Ravensburg, Linus Roth découvrit le violon à l’âge de six ans. Dès ses 12 ans, il fut admis à la classe préparatoire du Professeur Nicolas Chumachenco au Conservatoire de Fribourg en Brisgau. Dès 1993, il étudia au Conservatoire de Lübeck auprès du célèbre Professeur Zakhar Bron jusqu’à l’obtention de son diplôme artistique en 1999. En 2000, il rejoignit le Conservatoire de Musique et de Théâtre de Zurich et le Professeur Ana Chumachenco et obtint son diplôme de soliste. Depuis, Ana Chumachenco suit toujours son développement artistique. De 1998 jusqu’à la fin de ses études, Linus Roth fut boursier de la fondation «Freundeskreis Anne-Sophie Mutter» et profita également des conseils de Josef Rissin, Yuri Bashmet, Herman Krebbers, et Salvatore Accardo à l’Academia Chigiana de Sienne.

Premier prix au Concours international de Violon de Novosibirsk (1995), Prix des boursiers du Music Forum – Young Classic World d’Allemagne (1999), Premier Prix du Concours de Berlin (2003), Linus Roth joue le violon « Dancla » sorti de l’atelier d’Antonio Stradivarius en 1703, qui lui est gracieusement prêté par la Fondation pour la Musique de la Landesbank Baden- Württemberg.


Audrey Roncigli : Linus, comment décririez-vous la source de votre inspiration ?
Linus Roth :
Je peux être inspiré par des choses très différentes : une relation avec un être aimé, ou un concert d’un collègue artiste. Une œuvre picturale peut aussi fournir une intense inspiration : on pourrait par exemple dire que l’on trouve les couleurs, la lumière et le style d’un tableau de Monet dans la musique de Debussy. Mais je peux aussi être inspiré par un lever de soleil vu d’avion… Je dirais en fait que chaque chose que je vis devient une partie de ce que j’exprime dans la musique.

Audrey Roncigli : Vous avez travaillé avec Anne-Sophie Mutter. Comment et dans quel sens vous a-t-elle influencé ?
Linus Roth :
Durant mes études à sa Fondation en tant qu’élève boursier, j’ai eu la chance de jouer très régulièrement pour elle. Elle voulait observer comment je me développais artistiquement. Vous pouvez imaginer que je prenais chacune de nos rencontres très au sérieux, car c’est une immense artiste et je l’admire énormément. Elle ne parlait pas vraiment beaucoup, mais ce qu’elle disait était toujours très important, profond, et ses conseils musicaux me guident toujours.

Audrey Roncigli : Vous avez un vaste répertoire, s’étendant de Bach à Hartmann en passant par Piazzola. Comment un jeune artiste comme vous choisit et construit son répertoire ? Pourquoi jouer des pièces rares comme le Concerto funèbre d’Hartmann ?
Linus Roth :
il faut des années pour se constituer un vaste répertoire. On peut apprendre la partition en quelques jours, mais plus vous pratiquez la pièce, plus vous la jouez depuis longtemps, et plus vous vous en sentez proche. Quelquefois, j’apprends un concerto simplement parce que l’orchestre ou le chef le demande, comme ce fut le cas pour Hartmann. Et quelquefois, il apparaît que je veuille jouer une pièce particulière. Par exemple, je viens, enfin, de trouver quelques chefs d’orchestre acceptant de diriger le Concerto de Schumann, une pièce que j’avais envie de jouer depuis longtemps. Mon répertoire se développe constamment : en parallèle du Concerto de Schumann, je vais bientôt jouer le Concerto de Barber, puis celui de Britten. J’aimerais aussi ajouter des pièces de musique contemporaine, comme Dutilleux, Gubaidulina… Je pense que je ne m’ennuierai pas !

Audrey Roncigli : Vos débuts discographiques avec Jose Gallardo chez EMI ont remporté le Prix ECHO. Comment ce rêve fabuleux d’enregistrer chez EMI s’est-il réalisé ?
Linus Roth :
J’avais envoyé un enregistrement de concert à EMI, car je savais qu’ils avaient une collection dédiée aux « Jeunes Artistes ». Après quelques mois, j’ai reçu un email de leurs bureaux de Londres ; le producteur est venu me voir en concert, et il m’a invité à enregistrer ce disque. Le prochain disque sortira en juin, avec les Sonates pour Violon de Schumann, ainsi que des Lieder arrangés pour violon et piano par Jose Gallardo.

Audrey Roncigli : Qu’est-ce qui rend une pièce difficile pour vous ? Avez-vous des pièces favorites ?
Linus Roth :
Je ne peux pas dire avoir une pièce préférée, car c’est souvent celle que je suis en train de travailler pour le prochain concert. De plus, chaque pièce est difficile en elle-même, avec ses propres difficultés. Mais la difficulté s’amenuise au fur et à mesure que je travaille !

Audrey Roncigli : Comment travaillez-vous une nouvelle pièce ? Directement dans la partition, par des enregistrements, des lectures ?
Linus Roth
: Quand je travaille l’aspect technique, j’étudie intensément et profondément la partition. Il est important de la connaître entièrement très rapidement. Connaître le compositeur aide toujours, et si de grands enregistrements existent, j’aime aussi être inspiré par le passé. Enfin, j’aime aussi connaître les autres pièces du compositeur, que ce soit les symphonies, ou la musique de chambre.

Audrey Roncigli : Quelques mots sur l’extraordinaire Stradivarius Dancla que vous jouez…
Linus Roth :
J’ai une relation très particulière avec ce violon, car c’est exactement le violon que j’attendais. Je suis très reconnaissant à la Banque d’Etat de Bade-Wurtemberg qui m’a permis de choisir le violon qui me correspondait le plus : elle l’a acheté et me le prête. Je l’ai cherché pendant plus d’un an ! J’ai su que le Dancla serait le violon idéal dès que je l’ai accordé ! C’était en quelque sorte un « coup de foudre »… La couleur, la variété de sons me semblent infinies… Je trouve quelque chose de nouveau chaque jour dans ce violon…
Charles Dancla a possédé pendant trente ans ce violon : c’était un célèbre professeur de violon à Paris. Puis Nathan Milstein l’a aussi beaucoup joué.

Audrey Roncigli : Quels sont vos rêves musicaux et vos ambitions ?
Linus Roth : Être sur scène, jouer, est ce qui me rend le plus heureux… Aussi longtemps que je peux exercer cette activité, je réaliserai mon rêve. J’essaie bien entendu de m’améliorer chaque jour, mais… entre nous, la quête pour le (plus) beau son est quasi infinie…

Audrey Roncigli : Quels sont les musiciens que vous admirez le plus actuellement ?
Linus Roth :
J’admire beaucoup de collègues pour leur musicalité, il y en a trop pour les citer. Ce que j’apprécie particulièrement chez un musicien, c’est lorsqu’il ou elle réussit à réunir des personnes autour de la musique, des personnes quelquefois séparées par le passé. Je pense à Yehudi Menuhin, qui fut le premier artiste juif à jouer en Allemagne après la guerre. Ou à Daniel Barenboim, qui grâce au West Eastern Divan Orchestra, réunit des musiciens palestiniens et israéliens. Je pense sincèrement que la musique a beaucoup plus de pouvoir et de puissance que ce que l’on pense, et qu’elle peut aider à changer le monde… positivement, à l’améliorer !

Audrey Roncigli : Quelles sont vos passions à part le violon ?
Linus Roth :
J’aime le sport. Le jogging, la natation, la musculation – mais je ne peux pas utiliser des poids, pour ne pas blesser mes bras et mes mains… De plus, j’aime cuisiner. Partout où je vais, j’essaie de trouver un livre de cuisine avec des recettes typiques ! Je rêve depuis toujours de faire de la voile… Peut-être l’été prochain ? Et enfin, j’aimerais vraiment pouvoir piloter un avion un jour !!!

Visitez le site web de Linus Roth
Crédit photographique : © wildundleise.de
Audrey Roncigli

Labels: , ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home