La Scena Musicale

Saturday, 15 March 2008

Met Tristan und Isolde Suffers Second Setback

Deborah Voigt is the latest star to fall sick in the Metropolitan Opera's current production of Wagner's Tristan und Isolde. According to the Associated Press, soprano Deborah Voigt left in the middle of the second act Friday night because of a stomach ailment and was replaced by understudy Janice Baird.
Voigt sang the opener but didn't sound at her best Friday and had trouble with the high notes during the first act.
"She was very heroic," Met general manager Peter Gelb said. "She told me before the second act began that she was feeling sick this morning but she didn't tell us because she didn't want to disturb us. She wanted to be very supportive of Mr. Lehman."
After the first act, Voigt spoke with Gelb and said she was ill.
"We agreed she would start the second act and see how it went," Gelb said.
Baird, Voigt's cover singer, was put on alert during the first intermission, which lasted about 10 minutes longer than usual, and by the start of the second act was standing by.
Voigt signaled near the beginning of the second-act love duet that she couldn't continue and hurried offstage. Music director James Levine kept conducting. Then the curtain came down, Lehman started singing and the orchestra stopped.
An announcement was made that Voigt suddenly had taken ill. Baird got into the costume that Voigt had been wearing and replaced her about 10-15 minutes later. Baird and Lehman received enthusiastic applause at the end of the act.
The production opened on Monday, March 10 with Canadian tenor John Mac Master taking over for an ailing Ben Heppner, who announced that he was still indisposed through the March 22 Simulcast.

Labels: , , , ,

Today's Birthdays in Music: March 15 (Strauss, McPhee)

1835 - Eduard Strauss, Vienna, Austria; conductor and composer

Wiki entry
Brief bio/picture

Polka "Without Brakes" by Eduard Strauss (Vienna Philharmonic, conductor Zubin Mehta, New Year's Concert 2007)







1900 - Colin McPhee, Montreal, Canada; composer and ethnomusicologist


Wiki entry
Bio


Labels: , , , , ,

Friday, 14 March 2008

Today's Birthdays in Music: March 14 (Telemann, Strauss)

1681 - Georg Philipp Telemann, Magdeburg, Germany; composer

Wiki entry
Detailed bio

Allegro from the Trio Sonata in D minor by Telemann, performed by Voices of Music ensemble



1804 - Johann Strauss I, Vienna, Austria; composer, conductor, violinist

Wiki entry

Johann Strauss - Radetzky March (Carlos Kleiber - Vienna Philharmonic, 1992 New Year's Concert)

Labels: , , ,

Thursday, 13 March 2008

Today's Birthday in Music: March 13 (Wolf)

1860 - Hugo Wolf, Windischgraz, Austria; composer (lieder)

Wiki entry
1911 Britannica bio

Elisabeth Schwarzkopf: Song from Wolf's Spanisches Liederbuch (1958 film)

Labels: , , ,

Wednesday, 12 March 2008

Breaking News: Chapelle historique du Bon-Pasteur Sit In

According to the Montreal New Music Scene  Facebook Group, a sit in is being scheduled for Friday morning, March 14 at 9:30, centre pierre-péladeau hallway, to help save public music at Chapelle historique du Bon-Pasteur. The sit in will coincide with a meeting between parties to discuss the situation. 

Original French language news release:

Sachez que ce vendredi matin, au salon orange du Centre Pierre-Pél à 10h, certains membres du CQM rencontreront des dirigeants de la Direction du développement culturel de la Ville de Montréal, ceux-ci ont accepté de venir rencontrer les membres du CQM afin de discuter de l'avenir de la C.H.d.B.P. La rencontre leur servira à mieux cerner les intentions de la Ville et à comprendre ce qu'ils entendent par partenariat.

ON ORGANISE UN SIT-IN sur le lieu même pour montrer que cette histoire nous touche! Idéalement, pendant la rencontre, il devrait y avoir une foule de jeunes et de moins jeunes dans le hall qui attendent avec impatience le dénouement de cette affaire! Faites tout ce que vous pouvez pour y être présent, car un sit in à 20, c'est pathétique, mais à 200... Oh là!

Vendredi, 14 mars rendez-vous 9h30, Centre Pierre Péladeau, hall d'entrée, 300, boul. de Maisonneuve Est, Montréal.

Labels: , ,

Today's Birthdays in Music: March 12 (Arne, Knappertsbusch)

1710 - Thomas Arne, London, England; composer ("Rule, Britannia!")

Bio/illustrations

Thomas Arne's Rule Britannia (BBC Promenade concerts 1993: Della Jones, John Tomlinson, BBC Symphony Orchestra, cond. Barry Wordsworth)




1888 - Hans Knappertsbusch, Elberfeld (Wuppertal), Germany; conductor

Wiki entry

Knappertsbusch conducts the finale of Beethoven's 9th Symphony (Berlin Philharmonic, 1942 or 1943)

Labels: , , , ,

Tuesday, 11 March 2008

Commentaires, Chapelle historique du Bon-Pasteur, Reactions

Le milieu montréalais de la musique réagit à la décision de la Ville de Montréal de mettre fin à sa programmation de concerts à la Chapelle historique du Bon-Pasteur à compter de l’été 2008. Ajoutez vos commentaires à la fin.

The Montreal music community is starting to react to the cancellation of the artistic programming at the Chapelle historique du Bon-Pasteur, which we reported on on March 10. Add your comments at the end of this page.

La Chapelle Historique du Bon Pasteur fête cette année ses vingt ans. La Ville de Montréal souligne cet anniversaire en mettant fin à sa programmation! Ce manque de vision me choque profondément. La Chapelle du Bon Pasteur est un endroit magique, où tant le public que les artistes sont accueillis avec une chaleur rare de nos jours. Ce n’est pas simplement un « lieu de diffusion », avec des « équipements techniques », mais véritablement un écrin pour la culture. On y sent une âme, concept qui bien sûr laisse froid nos décideurs à la Ville.
Dans la note envoyée par la Ville aux organismes culturels hier, on fait mention du travail colossal de Monsieur Guy Soucie, directeur de la Chapelle Historique du Bon Pasteur depuis vingt ans. Guy Soucie est l’âme de la Chapelle. C’est grâce à lui si on aime tant ce lieu. Que deviendra la Chapelle sans capitaine à la barre?
Pourquoi défaire ce qui a pris vingt ans à construire? Pourquoi, lorsqu’on a construit un trésor, on met la hache dedans?
Et de grâce, ne me parlez pas d’économies! Le budget dont on parle ici n’est rien, dans l’ensemble des dépenses de la Ville. Ce dont vous faites l’économie, Messieurs Dames à la Ville, c’est de vision et de courage.
Bien à vous,
Lise Beauchamp
Musicienne
---
C'est avec stupéfaction que j'apprenais la décision de la ville de Montréal de mettre fin à la programmation de la Chapelle historique du Bon-Pasteur.

Depuis plus de 20 ans la Chapelle tient un rôle essentiel dans la vie musicale montréalaise. Dans une acoustique exceptionnelle, on y présente de la musique de chambre de toutes les époques, de la musique baroque à la musique contemporaine en passant par le jazz. Sa programmation GRATUITE est outil de démocratisation essentiel pour la musique de concert.

Alors que Montréal se targue d'être une Métropole culturelle, ce geste est un non sens auquel je ne trouve pas d'explication.

J'ai eu le grand plaisir au cours de jouer à plusieurs reprises à la Chapelle. Plaisir de jouer dans un lieu si propice à l'écoute, et à la complicité avec le public. Plaisir de pouvoir y proposer des programmes audacieux, sans compromis. J'ai eu aussi l'immense plaisir d'y entendre de formidables musiciens de Montréal bien sûr, mais de partout au Québec et de l'étranger.

Je demande donc que Montréal reconsidère sa décision et continue de financer la programmation de la Chapelle.

Je vous invite à vous joindre au groupe SAUVONS LA CHAPELLE sur Face Book
http://www.facebook.com/group.php?gid=8944973653

Marie-Chantal Leclair
Directrice artistique
Quasar quatuor de saxophones
http://www.quasar4.com

---
Montréal, le 13 mars 2008

Monsieur Gérald Tremblay
Maire
Hôtel de ville de Montréal
275, rue Notre-Dame est
Montréal, Qc

Monsieur le Maire,
Je réagis à l’annonce du changement de vocation de la chapelle historique du Bon Pasteur et souhaite vous démontrer à quel point il est important que cette vocation demeure et que la Chapelle puisse fêter son 20e anniversaire la saison prochaine par une saison importante fort bien remplie…. et tout ça pour 250 000$ !!
Il y a plus de vingt ans, le Conseil des arts de la Communauté urbaine de Montréal dont j’étais alors Secrétaire générale et directrice commandait à la firme Pluram une étude sur l’état du réseau des salles de spectacles et de concerts sur son territoire. Le constat avait été fait que les habitants de l’Île de Montréal devaient se rendre au centre-ville pour profiter des séries de concerts organisés par les quelques sociétés déjà bien ancrées dans l’histoire de notre ville et la raison était la suivante : les compagnies de spectacles ne veulent pas élire domicile dans les banlieues faute de lieux adéquats, salles de répétitions et autres, et faute de salle de spectacles digne de ce nom. Fort des conclusions de cette étude, le Conseil des arts de la Communauté urbaine de Montréal a pérennisé son programme de soutien à la tournée sur son propre territoire, programme que nous appelions alors Jouer dans l’Île et qui est devenu le Conseil des arts en tournée. De son côté, la Ville de Montréal a développé plus avant son concept de réseau des Maisons de la culture que vous connaissez aujourd’hui. Tous les habitants de l’Île de Montréal, sans distinctions, profitent de ces deux programmes et vous devez en être félicités.
La vocation des Maisons de la culture était double, dans notre esprit : la première, développer la culture dans la population. Cela voulait dire développer l’envie de voir la production des artistes contemporains par la fréquentation de spectacles de théâtre, de musique, de danse, par la fréquentation d’expositions de peinture, de sculpture, par la fréquentation de certains films non présentés dans les cinémas commerciaux. Et ce, dans leur environnement immédiat c’est-à-dire dans leur propre quartier. La deuxième vocation était de présenter des jeunes artistes en début de carrière et leur permettre ainsi de combler le temps d’arrêt qui existe dans leur vie professionnelle, à la fin de leurs études dans nos conservatoires et universités, au moment où ils commencent leurs activités professionnelles mais ne sont connus ni du public ni des organisateurs de spectacles et de tournées.
Cet arrêt est encore plus navrant en 2008 à cause du nombre sans cesse croissant de jeunes qui sont intéressés par les disciplines artistiques qui graduent des conservatoires et universités et qui prétendent à un travail rémunérateur dans ce secteur d’activités. Ils n’ont pas de lieu où
présenter leurs concerts. Certains jeunes musiciens ont même senti le besoin de se constituer en société musicale afin de s’assurer eux-mêmes la possibilité de commencer une carrière musicale après quelques années de vaches maigres. C’est ainsi que sont nées plusieurs sociétés actuelles de concert de musique baroque, entre autres. Et les Maisons de la culture sont pour elles un lieu de diffusion de début de carrière. N’oublions pas que les Maisons de la culture ne sont pas des lieux spécialisés. Elles ont une programmation diversifiée théâtre, musique, danse et arts visuels et, par conséquent, ne peuvent pas accueillir tous les jeunes et surtout pas tous les concerts de tous ces jeunes.
Lorsque la Ville de Montréal a consenti à ce que la Chapelle historique assure une plus grande possibilité de diffusion pour les jeunes musiciens (et les moins jeunes, il faut bien le dire) en devenant un lieu de diffusion réservé à la musique classique, nous avons applaudi à tout rompre. Plusieurs jeunes ont pu commencer leur carrière à la Chapelle parce que son directeur a vu juste et leur en a donné la chance. Depuis quelque temps, les étudiants du Conservatoire y jouent pendant la phase de restauration de l’immeuble qui sera inauguré dans les mois qui viennent. J’ai pu y découvrir des talents immenses impossibles à repérer s’ils ne peuvent jouer quelque part et être entendus. Aujourd’hui, ils n’ont plus à y venir puisqu’ils sont maintenant dans les circuits officiels et jouent dans la cour des grands.
Il ne faut donc pas retirer à ces jeunes, à nos jeunes, la possibilité de jouer à la Chapelle mais leur en ouvrir de nouvelles. Il faut aussi conserver la qualité « musicien professionnel » de son directeur ou de sa directrice qui doit s’investir dans la vie musicale montréalaise et internationale afin de repérer ces jeunes et souvent ces moins jeunes que nous ne pouvons entendre autrement. Je pense à l’intégrale des Sonates de Beethoven que Christian Leotta nous a présentée il y a quelques années. Cette série de concerts (8) n’avait pas été à l’affiche depuis les années 50 alors que Wilhelm Kempf logeait à l’affiche de Pro Musica, à la salle du Plateau. Je pense à Ponticello, ce quatuor de jeunes violoncellistes montréalais qui commencent une carrière internationale. Ils ont joué à la Chapelle. Il leur faut une salle de concert intime, doté des équipements essentiels à toute vie professionnelle de concert. Il leur faut les conseils d’un professionnel doté d’une bonne expérience de cette vie musicale professionnelle avant de passer dans les mains d’un agent de tournée.
Et parlons donc du public qui a la chance de les entendre gratuitement. Jusqu’à ce que je prenne ma retraite, je ne mesurais pas à quel point cette gratuité est importante pour ceux qui comme moi n’ont pas travaillé dans un monde hautement organisé syndicalement. Je n’ai pas la capacité financière de payer les billets des concerts que j’entends à la Chapelle.
Enfin, j’ai beaucoup de difficulté à penser que la diminution des frais encourus par l’organisation des concerts de la Chapelle est la cause de ce changement de régime. Tout d’abord parce qu’il est évident que la réorganisation proposée ne justifiera pas une diminution de budget mais exigera une augmentation du budget actuel. Certains modèles sont déjà dans certains esprits : l’Espace libre qui, à ses débuts en 1980, abritait trois compagnies de théâtre, Carbone 14, le Nouveau Théâtre expérimental et Omnibus. Elles ne sont plus que deux depuis que Gilles Maheu et Carbone 14 ont quitté l’Espace libre pour assurer en 1995 la direction de l’Usine C qui comporte plusieurs salles et qui a une programmation diversifiée mais qui reste toujours dirigée par une seule compagnie et son directeur. Il s’y trouve toujours deux structures administratives, celle de l’Usine C et celle de la compagnie de Gilles Maheu. Autres exemples : la Maison-Théâtre, l’Agora de la danse et autres lieux de diffusion spécialisé ont de fortes équipes de gestion qui n’ont pas de lien avec la gestion des compagnies qui font partie intégrante de ces lieux. Serait-ce le modèle que vous envisagez ? Si oui, le budget de la Chapelle devra être augmenté.
Pour gérer ce lieu à plusieurs petites compagnies, il faudra envisager l’engagement d’un directeur ou d’une directrice des opérations du lieu afin que les directeurs des compagnies à qui vous confierez la Chapelle puissent continuer à faire le travail qu’ils font actuellement dans des conditions souvent fort pénibles puisqu’ils n’ont pas les moyens financiers d’engager le personnel requis par leurs propres activités administratives. Et c’est toujours cet aspect que l’on sacrifie quand on travaille dans des petites compagnies. Et ne pensez pas que les compagnies mettront en commun leurs effectifs administratifs. L’expérience nous a prouvé que cette formule n’a d’avenir que lorsque les budgets respectifs sont élevés.
Alors je vous demande pourquoi complexifier la structure actuelle de la Chapelle. Ce n’est certes pas pour augmenter le nombre d’activités. Il ne peut pas y avoir plus d’activités à la Chapelle qu’il y en a aujourd’hui. Ce n’est certes pas pour diversifier la programmation. À l’analyse, la programmation de la Chapelle couvre à peu près toutes les formes de musique de chambre. Serait-ce pour diminuer la musique de chambre et augmenter les musiques du monde ? Elles sont déjà bien servies par les Maisons de la culture. Serait-ce pour donner un lieu de plus au Festival de Jazz ? C’en est trop.
Monsieur le Maire, vous vous devez de conserver la Chapelle dans sa vocation actuelle. Elle est pleinement justifiée dans le contexte de la chimie musicale de Montréal de même que dans le contexte de l’administration de la vie culturelle de Montréal. Il ne faut pas modifier des opérations qui se portent bien et même très bien. Il ne faut pas arrêter la programmation de la Chapelle. Elle vous coûte moins que rien. Si quelques compagnies souhaitent avoir un lieu, il faut ajouter au parc de petites salles que nous avons déjà, pas en retrancher.
Et que l’on permette au directeur actuel, Guy Soucie, de concrétiser la programmation du 20e anniversaire de la Chapelle avec un budget augmenté pour bien marquer votre souci de permettre aux jeunes musiciens de pratiquer leur art dans les conditions les plus professionnelles qui soient dans leur ville, sur la rue Sherbrooke.
Dans l’espoir que vous donnerez suite à toutes les protestations du milieu musical et culturel que vous saurez faire vôtres, je demeure

Lyse Richer
Vice-présidente de Chants libres
Musicologue et pianiste
c.c. les membres du comité exécutif de Montréal
les maires et mairesses d’arrondissement
les conseillers de l’arrondissement Ville-Marie
Journal La Presse
Journal Le Devoir
Directeur La Chapelle historique du Bon Pasteur


Labels: , ,

Today's Birthday in Music: March 11 (Cowell)

1897 - Henry Cowell, Menlo Park, USA; composer, musical theorist, pianist

Wiki entry
Subversive prophet (article 1997)

Keith Kirchoff plays Henry Cowell's "Tiger" (University of Oregon, 2003)



Labels: , , , ,

Monday, 10 March 2008

Montreal to Cancel Chapelle historique du Bon-Pasteur Programming, Calls for Proposals


Claiming the need to slash its budget, the City of Montreal has decided to cancel the music programming for the Chapelle historique du Bon-Pasteur once its current season concludes this summer. The Montreal music community was informed of the decision this afternoon through an email requesting proposals to keep the venue and its Fazoli piano and harpsichord available to the musical community. La Scena Musicale learned of this news only through an email from the Conseil québecois de la musique calling on its members for comment; although La Scena Musicale is an integral part of the Montreal musical community, we did not receive the email directly. A search of the City of Montreal's announcements, shows that the decision to cancel the venue's programming, couched in a press release calling for proposals, was never officially announced.
Cette annonce est liée à la décision de la Ville de mettre fin à sa programmation de concerts à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, à compter de l'été 2008.

"Compte tenu d'une situation budgétaire extrêmement serrée, toutes les activités municipales sont scrutées de très près : la décision concernant la programmation musicale à la Chapelle a été prise dans ce contexte", a déclaré Madame Catherine Sévigny, conseillère municipale associée à la culture et au centre-ville. "Toutefois, il est clair que la Chapelle est un lieu unique et remarquable, qui doit demeurer à la disposition de la communauté musicale montréalaise, d'où notre intérêt à discuter des avenues qui peuvent assurer l'utilisation de cette salle de musique".

This claim of "extremely tight budget" comes ironically on the same day that Montreal Mayor Tremblay revealed that the Montreal Symphony Orchestra's new endowement fund will be $60 Million as reported by Arthur Kaptainis in this morning's Montreal Gazette. One wonders how much the City will contribute towards the $60M.
Earlier this year, the City also announced $1M to support the MSO's international marketing. One also wonders whether the $250,000 saved on the Chapelle du Bon-Pasteur was diverted to the orchestra.

Montreal's Chapelle du Bon-Pasteur was opened in 1988 and has served as a venue for free classical music concerts open to all citizens, young and old, rich or poor, thanks to the tireless efforts of the venue's director Guy Soucie. When reached this afternoon, Soucie expressed sadness at the program's closing. He revealed that the program's $250,000 budget goes towards paying the venue's staff as well as cachets for artists. As a City employee, Soucie will be reassigned next year in the city's bureaucracy. However, the program's closing is a bitter way to celebrate the renovated venue's 20th anniversary.

According to the City's email, the deadline for proposals is April 28 in order for the City to decide the venue's ultimate fate
by May.

Update:
>
Réponse à l'annulation à la Chapelle historique du Bon-Pasteur / Reactions to Chapelle du Bon-Pasteur Cancellation
> Facebook group : Sauvons la programmation de la Chapelle historique du Bon-Pasteur!

Spotlight: Chapelle historique du Bon-Pasteur
La Scena Musicale has created a spotlight page to follow this developing story.

Labels:

Concertos de Glazounov et Tchaïkovski

Vadim Gluzman, violon; Bergen Philharmonic Orchestra/Andrew Litton
BIS 1432SA
SACD 70 min 58 s

Vadim Gluzman : « l’Art du violon », tout simplement

À l’heure où d’autres jeunes violonistes cherchent tous à se différencier par une sonorité étourdissante, des libertés d’interprétation déroutantes ou une technique désinspirée, Vadim Gluzman apparaît comme une pure et simple merveille… Pure et simple au sens où il n’use que d’une seule chose : l’art du violon, au sens le plus noble et le plus traditionnel du terme. Car Vadim Gluzman est le digne représentant de cette grande école russe juive du violon, celle d’Heifetz, Milstein, Oïstrakh ou Kogan. Écouter Vadim dans cet album Glazounov / Tchaïkovski vous ramène un peu au temps et aux manières « d’Odessa »… Le violoniste israélien a en effet cette chaleur, cette intensité, ce son puissant, noble et racé, tout en possédant une technique complète, variée et quasi inégalée de nos jours. Vadim Gluzman est un musicien brillant et des plus inspirés, de par l’équilibre qu’il trouve entre des interprétations fortes, opinées, personnelles, et une maîtrise technique imparable.

Dans cet album où il a eu l’excellente idée de réunir ces deux grands compositeurs russes, au travers de trois œuvres très différentes, Vadim en fait toute la démonstration : le Concerto de Tchaïkovski, pièce techniquement redoutable que seuls quelques « pirates » s’osent à enregistrer, sonne sous ses doigts avec une simplicité quasi déconcertante, ce qui lui permet d’en proposer une interprétation sensible, intense et brillante. Hasard de l’histoire et du destin, Vadim Gluzman joue le Stradivarius Auer, du nom du grand violoniste auquel Tchaïkovski avait dédié cette pièce; un violon dont la sonorité impressionne, de l’introduction de l’Allegro aux dernières notes envolées du Finale, en passant par des Cadenzas diaboliques de virtuosité. Sans perdre une seconde la dynamique de jeu, la puissance de son et la sensibilité qui le caractérise, Gluzman grave ici une des versions les plus impressionnantes, les plus enjouées, et les plus réfléchies, du Concerto de Tchaïkovski.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, Vadim Gluzman et Andrew Litton ont eu la bonne idée de coupler ce Concerto avec celui de Glazounov, rarement joué sur scène et encore moins enregistré. « Cheval de bataille » de Leonid Kogan, cette œuvre est magnifiquement interprétée par le violoniste israélien, qui profite d’un accompagnement formidable, tout en nuances, en clarté et en profondeur sonore, du Bergen Philharmonic Orchestra. Concerto de contrastes, où coexistent de grands développements mélodiques et des passages virtuoses fébriles, l’œuvre de Glazounov trouve en Vadim Gluzman un interprète parfait…

N’oublions pas le Souvenir d’un lieu cher de Tchaïkovski et arrangé pour violon et orchestre par Glazounov, pièce courte mais empreinte d’une vaste palette d’émotions, où Vadim Gluzman nous transporte de la somptueuse et raffinée Méditation à une Mélodie non dénuée de nostalgie et de… souvenirs.

Un très grand bravo à Vadim Gluzman pour ces magnifiques interprétations : cet enregistrement, à n’en pas douter, restera dans les annales…

-Audrey Roncigli

Buy this CD at amazon.com

Labels: , , ,

Sonates pour violon de Mendelssohn, Brahms, Debussy, Ysaÿe

Linus Roth, violon; José Gallardo, piano
EMI Classics 5870112
64 min 12 s

Chapeau bas, monsieur Roth !

« Wow… Wow… Wow… » : voilà les seuls mots que vous prononcez après avoir écouté le premier enregistrement de Linus Roth pour EMI, car cet album de sonates pour violon vous laisse, au sens propre du terme, « sans voix », tant par le professionnalisme, l’engagement et l’engouement que par l’immense talent des deux jeunes interprètes.

Linus Roth, jeune violoniste allemand né en 1977, élève de Salvatore Accardo, puis d’Anne Sophie Mutter jusqu’en 2003, est un soliste accompli sur les scènes européennes, salué par tous les critiques, dans un répertoire allant de Mozart à Berg en passant par Brahms ou Beethoven. Le retrouver ici, avec son Stradivarius Dancla de 1703, dans un programme de musique de chambre du XIXe siècle, excite la curiosité; et à aucun moment, il ne déçoit. Tout au contraire !

Accompagné tout en nuances par le formidable pianiste argentin José Gallardo, Linus Roth propose la sublime Sonate en fa de Mendelssohn, où dès l’entrée en matière, il expose un son brillant et intense, une articulation précise, claire, et un phrasé tout en justesse et en expression. Soulignons un virtuose Assai Vivace relevé où, portée par un rythme endiablé, transparaît la merveilleuse complicité existant entre les deux interprètes.

Dans la Sonate n°2 de Brahms, on retiendra une interprétation nuancée, entre passion et tourment, de Linus Roth, un parfait équilibre de ton et une sonorité exceptionnelle dans les passages plus lents de l’œuvre, laissant s’épanouir un vibrato large et généreux des plus séduisants.

Un pur ravissement ensuite avec la – rarement enregistrée – Sonate de Debussy : on sent alors réellement s’exprimer toute la maturité, l’intelligence musicale et la sensibilité du violoniste allemand, dans cette pièce à mi-chemin de la modernité, tant dans ses rythmes que ses harmonies. Spiccati, legati, harmoniques, arpèges, gammes et envolées lyriques virtuoses, Linus Roth ne faiblit pas un instant et, faisant fi de l’aspect technique de la pièce, en donne une lecture impressionnante de clarté, de justesse de ton et de sentiments. De l’Allegro joyeusement nostalgique et jazzy au Finale quasi cynique, il maîtrise parfaitement la ligne mélodique et rythmique, mais jamais au détriment de l’interprétation fine et inspirée.

Cet album finit par un petit chef-d’œuvre d’interprétation, et je pèse mes mots : une Ballade d’Ysaÿe, comme on l’a rarement entendue. Énergie, fougue, nuances, sonorité et intensité, ajoutez-y un brin de folie, un archet virevoltant et interminable, des arpèges prodigieux de justesse et de rapidité… Linus Roth explose et exulte dans cette pièce du compositeur belge !

Jeunesse, talent, sensibilité, enthousiasme : un album à découvrir de toute urgence et sans aucune réserve, et un violoniste (plus que) prometteur à suivre absolument…

-Audrey Roncigli

Buy this CD at amazon.com

Labels: , , ,

Royal Opera House Performances on HD Screenings at Empire Theatres Across Canada

PRESS RELEASE
For Release on March 10th, 2008



DIGISCREEN PARTNERS WITH OPUS ARTE AND ROYAL OPERA HOUSE TO LAUNCH HIGH DEFINITION SCREENINGS IN CINEMAS WORLDWIDE
Royal Opera House in HD Spring Performance Series will launch March 30th at
Empire Theatres Across Canada.

Royal Opera House (ROH) owned Opus Arte announced today that they have signed an exclusive agreement with Montreal based DigiScreen Corporation and The Pillar Group, Ltd. for distribution of ballets and operas from ROH and other international Opera Houses and Dance Companies represented by Opus Arte in cinemas worldwide.

DigiScreen Corporation is pleased to announce that the Royal Opera House in HD Spring Performance Series will be launched on March 30th, 2008 in cinemas across Canada and the U.S. This impressive series will consist of four of The Royal Ballet’s most beloved and admired works and The Royal Opera’s passionately popular CARMEN– all digitally captured for the first time. The performances were all recorded live at London’s historic Royal Opera House in Covent Garden on cinema grade High Definition in front of full houses and accompanied by the highly acclaimed Royal Opera House Orchestra.

DigiScreen Corporation has been a pioneer in the acquisition and distributing of high quality digital content for theatrical presentations in cinemas and believes that seeing ballet and opera performances projected on large-formant cinema screens to capture up-close all the extravagant costumes, stunning sets and dazzling performances is a marvelous occasion for patrons of these arts and a terrific opportunity to introduce new audiences to ballet and opera.

This spectacular performance series will be screened as special events at over 20 Empire Theatres and independent cinemas across Canada - including all major cities.

Tony Hall, Chief Executive of the Royal Opera House and Executive Chairman of Opus Arte, comments:
“I am excited by this pioneering new direction for the Royal Opera House at the start of the 21st-century. Being in the vanguard of the burgeoning digital platform will allow us to bring brilliant ballets and operas from the world renowned Royal Ballet and Royal Opera to cinema screens all over the globe. The work of the Royal Opera House needs to be seen by the widest global audience and these worldwide cinema screenings will raise our international profile considerably. Combined with the ever expanding number of productions being filmed by Opus Arte at the ROH, and at other great opera and dance companies, then we really have an unbeatable line-up of cinema entertainment. Having experienced the performances first hand, I cannot emphasize enough what an exhilarating experience these screenings live or recorded are, the High Def digital technology coupled with Surround Sound is remarkable.”


Hans Petri, Managing Director of Opus Arte adds:
“In order to recreate the excellence of the stage performances in a cinematic environment, we have been highly selective about our choice of partners. The Pillar Group, Ltd. is one of the market leaders in providing top quality alternative content to cinema chains. In turn they are partnered with digital exhibition innovator DigiScreen which guarantees the highest quality digital sound and vision. We have already begun digital screenings of operas, we a delighted to be able to offer now a greater variety of product as we move forward, particularly exciting is the new opportunity for ballet audiences. We are confident we can provide audiences with the very best digital film experience. There is so much more to look forward to.”

Mark Hooper, CEO of DigiScreen Corporation says: “This is our first foray into presenting opera and ballet; early signs are that there is a huge appetite for this kind of digital film experience. Our introduction to Opus Arte through the Royal Opera House has been an exciting development and we look forward to a long and fruitful collaboration.”

Dean Leland, Vice-President Marketing & Media for Empire Theatres said:
“Empire Theatres has been at the forefront of upgrading our in-theatre technology in order to be able to present Alternative Content, including performing arts events, to audiences across Canada. Opera and ballet fans have already demonstrated that they love to experience these presentations at our locations and we know this spring season is going to be well received.”

The inaugural screening will take place across Canada on Sunday, March 30th, 2008 and is the first cinematic performance for London’s Royal Ballet. On March 30th Canadians will be enchanted by their stunning, lavish production of one of the brightest jewels in the Royal Ballet’s crown, SYLVIA.
England’s most famous and adored ballerina, Darcey Bussell stars in the title role and London’s Royal Ballet founder Sir Frederick Ashton has choreographed an extravagant production to composer Leo Delibes’ legendary, dazzling score - making SYLVIA a perfect choice to launch the Royal Opera House in HD Spring Performance Series.

Following on Saturday, April 19th 2008 is The Royal Opera’s 2006 production of CARMEN directed by Francesca Zambello. At the heart of the story of one woman’s tangled relationship with two men is Carmen herself, played by the fabulous singer-actor Anna Caterina Antonacci. The great Italian soprano is matched by two devilishly handsome men as her love interest; steamingly sexy German tenor, Jonas Kaufmann and the smoldering Italian baritone Ildebrando D’Arcangelo.

On Saturday, May 24th 2008 is The Royal Ballet’s ROMEO & JULIET. Kenneth MacMillan’s great interpretation of Shakespeare’s enduring tragedy is one of the most popular works in The Royal Ballet repertory. ROMEO & JULIET partners extraordinary prima ballerina Tamara Rojo with Cuban ballet phenomenon Carlos Acosta. .Next in the spring series on Saturday, June 7th 2008 is The Royal Ballet’s THE TALES OF BEATRIX POTTER, bringing the characters from the famous stories alive. The production’s ingenious use of scale when designing the sets and their spectacular costumes and masks quickly draws audiences in to the wondrous world of Peter Rabbit, Jeremy Fisher and Jemima Puddleduck.

Lastly, on Saturday, June 21st 2008 The Royal Ballet’s THE SLEEPING BEAUTY combines, in a single work, all the charms and virtuosity that ballet has to offer led by two of The Royal Ballet’s finest dancers; the beautiful Alina Cojocaru stars as Princess Aurora and the dark and handsome Federico Bonelli stars as Prince Florimund. Tchaikovsky’s glorious score for this beautiful ballet is played by the Orchestra of the Royal Opera House in London.

Tickets will be available at $19.95 + tax per adult, $16.95 + tax per senior and $9.95 + tax per child. For cinema locations and to purchase advance tickets visit www.empiretheatres.com or www.digiscreen.ca. For information on The Royal Ballet and The Royal Opera www.roh.org.uk.

DigiScreen Corporation, a next-generation distributor of high quality digital content, was founded in 2001. Based in Montreal, DigiScreen Corp. delivers alternative content directly to digital projectors from a server containing multiple compressed high-definition presentations. DigiScreen servers are currently installed across Canada and are in the process of being deployed in the USA, United Kingdom, Austria, Switzerland and Germany. The company provides clients with full-service HD distribution. Its extensive activities include content acquisition, HD encoding, viral marketing support and digital delivery systems for theatrical presentations in cinemas.
Empire Theatres Limited is a 100% owned subsidiary of Empire Company Limited with its corporate headquarters in Stellarton, NS and regional offices in Halifax, NS, Toronto, ON and Calgary, AB. Empire Theatres owns and operates 51 theatres from Newfoundland to British Columbia.Empire Theatres is Canada's second largest and fastest growing film exhibition company providing an exciting out-of-home entertainment experience including traditional film exhibition as well as other content using its digital and satellite capabilities.With approximately 3,000 employees, Empire Theatres provides excellent employment opportunities for the youth of Canada in an exciting and energetic industry.

Labels: , , , ,

Today's Birthdays in Music: March 10 (Da Ponte, Honegger)

1749 - Lorenzo Da Ponte, Ceneda (Vittorio Veneto), Italy; Mozart's librettist (Le Nozze di Figaro, Don Giovanni, Così fan Tutte)

Wiki entry
Article, The Guardian (2006)

Catalogue Aria from Don Giovanni (Ferruccio Furlanetto as Leporello, Metropolitan Opera production, 2000)





1892 - Arthur Honegger, Le Havre, France; composer

Wiki entry
Official site

Oratorio Le Roi David (performed in Paris, June 2007)


Labels: , , , ,

Sunday, 9 March 2008

Today's Birthday in Music: March 9 (Barber)

1910 - Samuel Barber, West Chester, USA; composer

Wiki entry
Bio

Barber's Violin Concerto, 1st Mvt (Giora Schmidt violin, Itzhak Perman conductor, Israel Philharmonic Orchestra, Tel Aviv 2004)



Agnus Dei (Adagio for strings) (Choir of Trinity College, Cambridge)

Labels: , ,