La Scena Musicale

Tuesday, 30 June 2009

Festival Montréal baroque, du 25 au 28 juin

Pour sa grande fête traditionnelle de cette année, le Festival Montréal baroque a concocté un menu bien particulier. Comme plat principal, la très belle musique de Purcell dont on célèbre cette année le 350e anniversaire de naissance. Selon la légende, la mort prématurée du célèbre compositeur aurait été causée par le chocolat. Il n’en fallait pas plus pour que l’on utilise ce thème attrayant pour illustrer les différents plats au menu musical. Et le choix n’était pas facile à faire dans les différentes approches chocolatées.
Le Millefeuille au chocolat illustre bien The Fairy Queen, le spectacle choisi pour le lancement du festival. Changeant continuellement de place, de personnage et de costume, comédiens et chanteurs étaient fort occupés dans une délirante mise en scène de Marie-Nathalie Lacoursière. La merveilleuse musique de ce semi-opéra, interprétée par La Bande Montréal Baroque, a été composée sur un livret adapté du Songe d’une nuit d’été, de Shakespeare. Et la magnifique partition est remplie d’humour et d’imagination. Même si une partie du texte a échappé aux francophones, dont l’oreille n’est pas habituée à Shakespeare, le grand talent des chanteurs et des comédiens du Repercussion Theatre n’a pas manqué de faire crouler de rire la salle entière. L’impressionnante distribution comprenait entre autres : Suzie LeBlanc, Monika Mauch, Laura McLean, Charles Daniels et Nathaniel Watson. Sous la direction de Mathias Maute, suivait le traditionnel défilé à l’extérieur, accueilli avec soulagement par la foule heureuse de prendre l’air, après avoir souffert de la grande chaleur qui régnait à l’intérieur.
Le premier concert de samedi soir, sous le titre Oh Henry! était consacré en grande partie à deux odes : L’Ode sur la mort d’henry Purcell de Blow et l’Ode Arise my Muse de Purcell. Cette dernière, composée pour l’anniversaire de la reine Marie est demeurée inachevée. Charles Daniels l’a terminée et est venu en faire la présentation. Les altos Daniel Taylor et Matthew White chantaient dans les deux pièces. Monika Mauch, Pascal Bertin, Charles Daniels et Nathaniel Watson les ont joints pour la seconde, accompagnés par l’Ensemble Caprice. Le concert débutait par l’entrée dramatique d’une procession d’instruments à vent et timbales, interprétant l’impressionnante March & Canzona, une musique funèbre pour la reine Marie. Il se terminait de la même façon, par la sortie des musiciens.
On avait choisi le Chocolat blanc pour le concert du Studio de musique ancienne qui présentait des compositions religieuses de Purcell. Sous la direction de Christopher Jackson, le SMAM a interprété sept Church anthems, dont le premier, Blow up the trumpet, écrit pour deux ensembles de dix voix, a été qualifié de véritable tour de force.
Commencé dans l’allégresse, le Festival se terminait dans la tragédie. Sous le titre Death by chocolate, l’Ensemble Masques interprétait le véritable opéra de Purcell, Didon & Énée, dont la bouleversante plainte de Didon demeure un des plus beaux airs de l’histoire de la musique. Dans une salle remplie à craquer et malgré le peu de moyens à leur disposition, musiciens et chanteurs ont présenté une magnifique prestation dans une mise en scène fort honnête de Pierre Saint-Amand. L’ensemble instrumental possède une belle sonorité au style baroque impeccable. Par les longues dissonances avant le lamento final, les musiciens ont fait ressortir la beauté de cette musique. La viole de gambe produisait des gémissements, donnant le ton à l’aria de Didon qui suit et devrait nous tirer des larmes, ce que Vicki St-Pierre a presque réussi à produire. Dans le rôle d’Énée, le baryton Dion Mazerolle a parfois un peu trop d’éclat, mais la fin du deuxième acte a été superbe. Tous les chanteurs possèdent une belle sonorité, mais il faut mentionner la réussite du chœur des sorcières, très convaincant par son cynisme et son sarcasme.
Les boulimiques avaient encore beaucoup à se mettre sous la dent. Entre autres, un concert du Flanders Recorder Quartet le vendredi soir et, le samedi, une soirée dansante qu’accompagnaient le Quatuor Franz Joseph et cinq autres musiciens. Les lève-tôt pouvaient se rendre au fameux concert présenté à 7 heures le matin du dimanche. Plusieurs autres activités étaient présentées en après-midi. Et pour les festivaliers qui voulaient échanger leurs impressions et rencontrer les artistes, le rendez-vous se situait au Café À Propos. Chaque représentation était suivie d’une dégustation de chocolats à la sortie. Une dégustation qui complétait joliment la soirée. A sweet ending !
Renée Banville

Labels: ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home