La Scena Musicale

Friday, 5 February 2010

Une musique inquiétante


Crédit : Jean-François Hamelin

Par Lucie Renaud

Stephen Hoffmann, prodige qui ne joue plus depuis un an, débarque à Vienne en 1986 pour étudier avec le grand Schiller, mais il se retrouve plutôt dans la classe du déclinant Mashkan, professeur de chant sentimental et ambigu. Ce dernier lui donne à travailler les Dichterliebe (L'amour du poète) de Schumann, ce qui révolte d’abord le jeune pianiste, qui ne comprend pas comment  un travail vocal pourra ranimer la flamme éteinte en lui. Ces deux hommes que tout semble opposer (âge, race, culture, façon d’aborder la vie) finiront pourtant par aller à la rencontre l’un de l’autre, non pas seulement à travers leur dialogue, mais aussi à travers la musique de Schumann.

Pour transmettre ce texte entre huis clos, duel et récit initiatique, il était essentiel de trouver deux comédiens plus grands que nature. Émile Proulx-Cloutier est convaincant dans la peau du jeune pianiste, en révolte contre son passé (aussi bien celui de musicien que celui de sa famille, juive) et qui espère qu'on lui proposera une recette miracle pour sortir de son marasme. Il faut le voir d’abord contempler le piano avec une violence presque féroce pour comprendre que la route sera forcément parsemée d'embuches. Lors de la première partie de la prima, il s'est peut-être un peu laisser écraser par le jeu totalement habité de Jean Marchand, qui se glisse dans le rôle de Mashkan aussi facilement qu'on endosse un costard de concert, habitué depuis plusieurs années à louvoyer entre scènes théâtrale et musicale. Dans la deuxième partie du spectacle, on a pu assister à un véritable dialogue et non plus à un jumelage plus traditionnel soliste/accompagnateur.

Il m’est très difficile de porter un regard objectif sur le texte lui-même de la pièce, le propos m'ayant touchée profondément à plus d'un égard, que ce soit à travers certaines réflexions sur le geste musical, sur les évocations détaillées de l'un ou l'autre des lieder du cycle de Schumann (qui reste l'une de mes œuvres préférées, toutes catégories confondues) ou sur les questionnements face à l'oubli apparent de l'Autriche de son passé nazi. D'un point de vue musical, j'aurais aimé que la voix du jeune chanteur apprenti projette un peu plus et nous transmette un peu mieux la densité musicale, mais je réalise qu'il est utopique de pouvoir exiger d'un comédien qu'il chante autrement que de façon plus « scolaire » ces pages et que, si l'on souhaite être en accord avec la prémisse même du texte, il ne pourrait atteindre un tel niveau en quelques leçons. (Il est déjà remarquable qu'il ait pu chanter de telles pages et jouer en plus, de façon plus qu'honnête, certains extraits du répertoire pianistique.)

La pièce est présentée en français en février au Théâtre du Rideau Vert et sera reprise en mars, par les mêmes acteurs, en version originale (Old Wicked Songs) au Segal Centre.

Labels: ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home