La Scena Musicale

Monday, 27 February 2012

Un hommage à Brel du fond du cœur

Par Renée Banville

L’esprit de Brel flottait sur la scène de la Maison symphonique dimanche soir. Alternant avec des extraits d’entrevues qu’il a donnés, dix artistes ont chanté pour célébrer sa mémoire : Bïa, Pierre Flynn, Pierre Lapointe, Danielle Oderra, Luc De Larochellière, Bruno Pelletier, Paul Piché, Marie-Élaine Thibert, Diane Tell et Marc Hervieux.
            Tous ont chanté avec émotion et sincérité, dans une mise en scène dépouillée imaginée par Luc De Larochellière. Chacun entrait discrètement, pendant que l’auditoire était pendu aux lèvres de Brel sur écran géant. Seul devant son micro, l’interprète chantait ensuite deux chansons, accompagné au piano par Benoit Sarrasin qui en avait fait les arrangements. Seul Pierre Lapointe avait amené avec lui sa pianiste. Pour se donner du courage, peut-être, parce qu’il avait hérité du plus « casse-gueule » des succès : Ne me quitte pas. Des moments forts de cette soirée, on retiendra sa sobre interprétation de cette chanson magnifique qui a laissé un souvenir impérissable dans tous les cœurs et son amusant Au suivant qui l’a précédé.
            On retiendra aussi le passage émouvant de Danielle Oderra qui a su nous impressionner avec La valse à mille temps et nous a lu une lettre émouvante que Jacques Brel a écrite à sa sœur Clairette en 1977. Il y eut d’autres moments tristes, tendres ou drôles. Notons dans ce dernier registre Le moribond que Paul Piché a interprété avec tout l’humour que Brel y a insufflé. Marc Hervieux a terminé la ronde en comédien avec Les bonbons et en chanteur d’opéra avec La quête. Mais le mot de fin revenait à Brel avec sa chanson fétiche Ne me quitte pas. Une grande soirée qui termine Montréal en lumière avec brio.

Labels: , , , , , , , , , , ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home