La Scena Musicale

Tuesday, 20 August 2013

The Verdi Album Jonas Kaufmann, ténor


The Verdi Album
Jonas Kaufmann, ténor
Sony Classical
****** (6/6)


Tout récemment, le ténor Jonas Kaufmann a marqué ses débuts en solo avec l’étiquette Sony Classical en lançant un disque d’airs du répertoire de Verdi. L’album comprend une douzaine d’airs et duos parmi les plus célèbres du compositeur italien. Doté d’une voix ample à la beauté virile, le ténor les interprète tous magnifiquement, démontrant à la fois sa musicalité exemplaire et son jeu dramatique. Cet enregistrement consacre le ténor allemand acclamé non seulement comme le meilleur ténor héroïque contemporain, mais également comme l’un des chanteurs les plus polyvalents, capable de chanter à la fois les répertoires allemand et italien. Qu’il incarne le rôle lyrique du Duc de Mantoue ou lirico-spinto de Don Alvaro ou finalement le rôle dramatique d’Otello, Kaufmann interprète chaque air de l’album avec une grande prouesse vocale, des aigus brillants et une belle maîtrise du chiaroscuro. Si la note finale de Celeste Aida a eu raison de bien des ténors, la plupart étant incapables de tenter un dolcissimo du si bémol et encore moins un diminuendo, Kaufmann ne redoute rien et respecte à la lettre le morendo du si bémol final, tel que dicté par Verdi, en le chantant avec une voix de tête sans recourir au fausset.
Les phrases d’ouverture de l’aria de Luisa Miller chantées à mezza voce et avec velouté sont sublimes. Dio! Mi potevi scagliar, extrait d’Otello, est déclamatoire en soi, mais Kaufmann en offre une version toute en musicalité sans tomber dans l’exagération.
Fait intéressant à noter, le rôle d’Alfredo dans La Traviata, rôle dans lequel Kaufman a fait ses débuts sur la scène du MET et pour lequel il a obtenu ses premiers succès, ne figure pas sur le disque. Une décision fort judicieuse puisque la voix du ténor a mûri au fil du temps et le rôle lyrique d’Alfredo ne lui convient plus. Comme c’est souvent le cas, les chanteurs des rôles de soutien ne comptent pas parmi les plus belles voix, à l’exception toutefois de Franco Vassallo (Iago), un magnifique baryton. Enregistré à Parme (lieu de naissance de Verdi), l’orchestre de l’Opéra de Parme fait merveille sous la baguette de Pier Giorgio Morandi. Ce disque marque donc pour le ténor un début des plus prometteurs avec Sony Classical et on peut sans doute y voir le prélude à l’enregistrement d’autres albums.
JOSEPH K SO 

Traduction par Lina Scarpellini

Labels: ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home