La Scena Musicale

Sunday, 10 November 2013

Bien mieux qu’une comédie américaine, Falstaff !!

Par  Marc-Olivier Laramee
Photo: Yves Renaud


Samedi soir dernier avait lieu la première du dernier opéra écrit par Verdi, Falstaff. Cet opéra est bien différent des grands opéras traditionnels de Verdi, c’est justement ce qui le rend intéressant. Exempt de grands arias, Falstaff est une comédie comique chantée avec justesse et jouée, il faut bien dire jouée dans ce cas-ci, où les chanteurs jouent tels de vrais acteurs.

L’opéra Falstaff est construit autour d’un gros bonhomme, John Falstaff interprété par Oleg Bryjak, baryton pourvu d’un sens inouï de la comédie. Ce rôle peut facilement être fait sans implication du chanteur, mais ici ce fut, à la surprise de tous, que M. Bryjak joua son rôle tel un Louis du Funès de l’opéra ! Son personnage de Falstaff est à la recherche de cœurs de femmes à conquérir. Les commères, ce groupe de quatre femmes, dont la chef est la fabuleuse Marie-Nicole Lemieux dans le rôle de Mrs. Quickly, fera tout pour contrecarrer les avances du vieux gaillard très dégourdi John Falstaff. Toutes les scènes amènent le public à rire…ce qui change beaucoup de l’opéra traditionnel.

Trois chanteurs se démarquent sans contredit de la deuxième production de l’OdM, Oleg Bryjak, baryton comme Falstaff (débuts à la compagnie), Marie-Nicole Lemieux, contralto en Mrs. Quickly (dernière présence en 2009) et finalement Aline Kutan, soprano dans le rôle de Nanetta (dernière présence en 2009). Le premier pour sa voix riche, mais surtout jeu scénique. La seconde, pour ses talents lyriques, son timbre riche et souple venant changer de la traditionnelle soprano et son caractère humoristique omniprésent, …un atout essentiel dans la production. La dernière, a su interpréter avec brio les rares airs de l’opéra. Une voix pure et agile qui a bien su se défendre face à celle de son partenaire Antonio Figueroa, ténor, dans le rôle de Fenton. Ce dernier fut éclipsé par Gregory Dahl baryton, dans le rôle de Ford.

Les décors de cet opéra n’ont rien d’extravagant, simples mais efficaces. La dernière scène est la plus marquante avec son arbre géant flanqué en plein centre de la scène, il rappelle un peu le célèbre sapin visible dans Case-Noisette. Les costumes d’époque sont réussis.

Il faut finalement souligner le superbe travail de direction qu’a fait le chef milanais d’expérience, Danielle Callegari. Sa connaissance approfondie des opéras tout particulièrement ceux de Verdi ont fait de lui l’homme de la situation et bien sûr sa connaissance de la langue italienne que l’on pouvait apprécier dans la performance des interprètes. Il ne dirige pas seulement la partition, il vit la musique et la joint à l’art de la scène.
_________
Falstaff de Verdi : les 12, 14, 16 novembre à la Place des arts, salle Wilfrid-Pelletier, 19h30
Orchestre métropolitain sous la direction de Daniele Callegari

> Aussi billets pour le 16 novembre à la vente aux enchères de La Scena Musicale

Labels: , , , , , , , ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home