La Scena Musicale

Friday, 4 October 2013

COC Boheme Opens Season with Flourish

COC Opens Season with a Musically Satisfying La boheme

- Joseph So

October 3, 2013 7:30 pm
Four Seasons Centre
Puccini: La boheme
Grazia Doronzio (Mimi)
Joyce El-Khoury (Musetta)
Dimitri Pittas (Rodolfo)
Joshua Hopkins (Marcello)
Phillip Addis (Schaunard)
Christian Van Horn (Colline)
Thomas Hammons (Benoit/Alcindoro)
Owen McCausland (Parpignol)

Carlo Rizzi /conductor
John Caird / director
David Farley / designer

It comes as no surprise that year after year, La boheme ranks among the most popular of operas. Based on the most recent statistics worldwide of five seasons from 2008-9 to 2012-13, this Puccini warhorse has the honour of third place among 2,415 operas in terms of frequency of performances (471), only bested by La traviata (553) and Carmen (477).*  Its popularity is easy to understand - at the risk of being rhetorical, is young love ever out of style?   And when its poignant story is framed by a melodic inspiration and a theatricality that are hallmarks of Puccini, its enduring popularity is assured. The COC season-opener fit the bill perfectly, given the surfeit of youthful, attractive singers with lovely voices, a traditional production that appeals rather than shocks, and an internationally renowned maestro totally at home in the Italian repertoire. Last night, the Four Seasons Centre was virtually full. Interestingly, instead of the usual older audience, there was a nice cross section of ages. If early audience reactions were on the reserved side, many were up on their feet at the end cheering. Another season successfully launched. 

Musetta (Joyce El-Khoury) at center stage in Act 2 Cafe Momus (Photo: Michael Cooper)

This new co-production with Houston and San Francisco replaces the 24-year old Wolfram Skalicki production that had served the Company well. That said, the old production was labour-intensive, requiring three intermissions, stretching a one hour forty-five minutes opera into a full three hours. This new one with sets and costumes by David Farley is so efficient that scene changed took place in something like 15 seconds!  Act 1 resembles an art studio, with Marcello's paintings its main feature. Act 3 opens with Marcello painting frescoes on the wall, underscoring Musetta's later "house-painter" insult.  The sets, while not lavish, have the requisite romanticism. That said, the subdued lighting creates a rather monochromatic feel, lacking the vibrant colours one has come to expect in the Cafe Momus scene. Curiously, the sets are placed so far forward that the space for action is limited, especially in the crowd scene in Act 2.  On the other hand, with the voices so far downstage, everyone sounded loud and clear on opening night.    

The star-crossed lovers: Grazia Doronzio and Dimitri Pittas (Photo: Michael Cooper)

The cast is very strong, with not a weak link, from the principals down to the smallest roles. To my ears, particularly impressive was the warm and gorgeous baritone of Joshua Hopkins, who is now deservedly at the Met. Canadian soprano Joyce El-Khoury made an auspicious COC debut as Musetta, offering tastefully flamboyant characterization and scintillating vocalism, with a remarkable diminuendo on the B natural at the end of "Quando m'en vo." It will be interesting to see how she'll reign in her exuberant personality to impersonate Mimi later in the run.  Italian soprano Grazia Doronzio made her COC debut with this performance. Her diminutive figure and gentle characterization, combined with a lovely lyric soprano, made her Mimi a real pleasure. Tenor Dimitri Pittas, one of three Rodolfo's in this run, is no stranger to Toronto audiences. He was last heard at the COC as the Duke in Rigoletto. His was a bright-voiced, ardent Rodolfo, making his transposing "Che gelida manina" down a semitone a mere quibble. Baritone Phillip Addis was equally impressive in his COC debut as Schaunard. (Later in the run, Addis will try Marcello on for size in four performances.) With his imposing height, American bass Christian Van Horn looked every inch the philosopher Colline, and he has the gravitas for an affecting Coat Song. Character bass-baritone Thomas Hammons, last heard here as Kissinger in Nixon in China, was an uncommonly well sung Benoit/Alcindoro. Parpignol may only have one line, but when taken by a voice as beautiful as tenor Owen McCausland's, one takes notice. (Incidentally, this role was the Met debut of the great American heldentenor James McCracken!)   All in all, it was one of the strongest Boheme casts I've heard in memory. 

Dimitri Pittas, Grazia Doronzio, Joyce El-Khoury, Joshua Hopkins (Photo: Michael Cooper)

This performance marked the COC debut of Italian conductor Carlo Rizzi, who knows this score like the back of his hand. He shaped the phrases with affection, and his attention to detail was exemplary. Overal, his was a supremely lyrical reading. This maestro knows what he wants, and how to achieve it. I hope the COC will bring him back.  Stage director John Caird kept things traditional, but with just enough little touches to make it interesting.  All in all, a fine season opener. There are 11 more performances. For details, go to    http://coc.ca/Home.aspx

Group photo at post-performance reception (Photo: Joseph So)

* Data from www.operabase.com

Labels: , , , , , , , , , ,

Sunday, 29 September 2013

This Week in Toronto (Sept. 30 - Oct. 6)

This Week in Toronto (Sept. 30 - Oct. 6)

- Joseph So

With the arrival of autumn, the Toronto classical music scene is brimming with delectable offerings. The Russian conductor Valery Gergiev, currently at the Met conducting Eugene Onegin, will be in town on Sunday Oct. 6 at 2 pm, conducting the Mariinsky Orchestra in an all-Stravinsky program of The Firebird, Rite of Spring, and Petrouchka. Any visit by Gergieve and the Mariinsky is an occasion. This event is bound to sell out. http://roythomson.com/eventdetail/mariinskyorchestra

Conductor Valery Gergiev 

The long awaited opera season is finally upon us, with the Canadian Opera Company offering the ever-popular La boheme, paired with Britten's Peter Grimes, on the occasion of the latter composer's centenary.  The Puccini warhorse is a co-production with Houston Grand Opera, and it is a traditional take on this piece, a rarity in the current Regieoper aesthetic. Audiences will remember the venerable Skalicki production that had served the COC for something like a quarter century, still serviceable but really ungainly, requiring three intermissions.  So it's wonderful to have this new production with its swift scene changes.   There will be a total of 12 performances, double cast - and in the case of Rodolfo - triple cast!  The two originally announced Rodolfo withdrew and now we have three excellent tenor replacements in Dimitri Pittas (Duke in Rigoletto last season), Michael Fabiano (Rodolfo for Opera Lyra Ottawa last season), and Eric Margiore. Mimi is shared by Italian Grazia Doronzio and Canadian Joyce El-Khoury, the latter in her company debut. El-Khoury will also sing eight performances of Musetta, the other four will be sung by former Ensemble Studio member Simone Osborne. Baritones Joshua Hopkins and Phillip Addis share Marcello, and American bass Christian Van Horn is Colline. Celebrated Italian maestro Carlo Rizzi makes his COC debut. I am familiar with almost all the voices and there's not a weak link in the cast.  Two performances this week (Oct. 3 and 6 at the Four Seasons Centre) http://coc.ca/Home.aspx

Soprano Joyce El-Khoury and conductor Carlo Rizzi during rehearsal of COC La boheme

The Britten piece stars the great Canadian heldentenor Ben Heppner in one of his signature roles. Heppner wowed audience and critics last season when he brought his justly famous Tristan to the COC, singing with heart-felt sincerity and firm tone. We can expect another memorable experience with his Grimes, a role he has sung in many of the most important opera houses in the world. Former COC Ensemble Studio soprano Ileana Montalbetti is Ellen Orford. American baritone Alan Held, another frequent guest, is Balstrode. Canadian tenor Roger Honeywell sings Bob Boles and baritone Peter Barrett is Ned Keene. COC Music Director Johannes Debus conducts his first Grimes. The opera opens on Oct. 5.  

Tenor Ben Heppner sings Peter Grimes

Music Toronto, the venerable chamber music presenter, opens its season with a return visit of the Jerusalem Quartet. This chamber group was introduced to Toronto audiences two years ago and it's good to have them back in a recital of works by Mozart, Shostakovich and Dvorak. Thursday October 3 8 pm at the Jane Mallett Theatre. http://music-toronto.com/

Jerusalem Quartet performs with Music Toronto

The Royal Conservatory Orchestra under the baton of Julian Kuerti (for those who don't know, he is the son of Canadian pianist Anton Kuerti) will be performing Tchaikovsky's violin concerto with soloist Luri Lee, a Rebanks Fellow of the Glenn Gould School. Also on the program is Dance of the Seven Veils from Richard Strauss' Salome, and Stravinsky's Rite of Springhttp://www.rcmusic.ca/

Conductor Julian Kuerti (Photo: Dario Acosta)

VOICEBOX, formerly known simply as Opera in Concert, is presenting Mozart's The Stressed Out Impresario, more conventionally known as Der Schauspieldirektor, or more simply as The Impresario. It's a short one-act comic opera with spoken dialogue, in English in this performance. It's an amusing piece about a theatre manager driven to distraction by dueling prima donnas. On this occasion, the theatre manager is OIC's very own Guillermo Silva-Marin.  The two divas are Leigh Ann Allen and Vania Chan. http://www.operainconcert.com/index.htm

Tafelmusik Baroque Orchestra is presenting Baroque Austria, in its newly renovated Trinity St. Paul Centre, now known as the Jeanne Lamon Hall. Violinist Manfredo Kraemer leads the Tafelmusik forces in an interesting program of music by Fux, Biber, Schmelzer, Rittler and Muffat. Five performances (Oct. 3, 4, 5, at 8 pm, and Oct. 6 at 3:30 pm, plus a single performance at the George Weston Recital Hall in North York on Tuesday Oct. 8 8 pm). http://www.tafelmusik.org/
  


Labels: , , , , , , ,

Course à la mairie de Montréal

Les artistes veulent un maire inspiré

Par Hassan Laghcha

Les candidats à la mairie rivalisent d’affection pour le secteur arts et culture. Ils avancent tous de belles idées et de beaux projets pour que Montréal accède pleinement à son statut de métropole culturelle et artistique cosmopolite. De leur côté, les gens des milieux artistique et culturel se mobilisent pour que la future administration de la ville donne suite favorable à leur doléances. Ils souhaitent que le futur maire soit « plus actif » et plus engagé en faveur des travailleurs de ce secteur, parent pauvre des finances publiques. Voici un tour d’horizon des engagements des uns et des revendications des autres.

Richard Bergeron : sauvegarder les ateliers d’artistes

Richard Bergeron, chef de Projet Montréal et le plus ancien des aspirants à la mairie, propose notamment d’indexer le budget annuel du Conseil des arts de Montréal (CAM) à l’inflation et par la suite, quand la crise économique prendra fin, d’indexer ce budget au taux de la croissance économique. Ainsi le CAM, d’après lui, sera en mesure « d’augmenter son influence et ses champs d’intervention au même rythme que la moyenne des autres secteurs d’activité ». Dans son programme électoral, Projet Montréal s’engage également à imposer un moratoire sur la conversion en zonage résidentiel des ateliers d’artistes et d’artisans.

Fidele à son amour pour les rues piétonnes, R. Bergeron s’engage à développer une programmation annuelle d’activités artistiques et culturelles pour faire de ces rues « des lieux de rencontre et d’expressions artistiques et culturelles qui auraient pour effet de bonifier l’attrait touristique de Montréal ». Cet urbaniste propose de tenir annuellement un concours d’art public extérieur, visant à ériger des sculptures et autres œuvres d’art partout où auront lieu des projets majeurs de réaménagement urbain. « Ce programme sera doté d’un budget de 5 millions $ par année », annonce-t-il.

Il propose aussi de favoriser l’achat en coopérative ou le bail à long terme d’espaces pour les artistes. Ce qui permet selon lui de « sortir du marché spéculatif des espaces dédiés à la production culturelle ». Aussi, il veut centraliser et rendre disponibles, sur un seul portail, toutes les informations relatives à la mise en œuvre de nouveaux espaces de diffusion culturelle et artistique : réglementation, informations et conseils juridiques, financement (subventions, concours et prix, avantages fiscaux), organismes et personnes ressources, la liste complète des regroupements artistiques associatifs et le calendrier des événements.

Denis Coderre : repenser la géographie culturelle de Montréal


De son coté, Denis Coderre reste fidele à son mot d’ordre : démocratie directe ! Les engagements culturels de son équipe seront développés « en concertation avec les leaders culturels et les citoyens, tenant compte des priorités et des besoins », annonce-t-il. Le candidat affirme que Montréal affiche un « bilan de santé favorable sur le plan culturel », en voulant pour preuve « le consensus autour de multiples projets et initiatives ». Il appelle de ses vœux une « ville signée aussi par ses artistes » et souhaite « développer une vision culturelle inclusive ». Pour ce faire, il s’est officiellement adjoint une candidate responsable des questions culturelles : Manon Gauthier, ancienne chef de la direction du Centre Segal des arts de la scène. Cette démarche traduit, selon D. Coderre et son équipe, la volonté d’agir comme « facilitateur entre les milieux des arts, des affaires, de la philanthropie, de l’éducation et les partenaires publics, sans pour autant que l’apport de l’un se fasse au détriment des autres ».



Selon ce candidat, il faut repenser la géographie culturelle de la métropole en reliant tous ses pôles culturels et en incitant les échanges dynamiques entre eux. Denis Coderre affirme que le Quartier des spectacles devra continuer à jouer un rôle de pivot comme centre de production et de diffusion culturelle, mais ses liens avec les différents quartiers culturels doivent être plus étroits. Pour lui, les différents quartiers montréalais regorgent de créateurs et d’attraits qui contribuent à l’identité de Montréal. « Il faut les valoriser davantage », dit-il en mettant l’accent sur la synergie escomptée entre les quartiers culturels, les arrondissements et le centre-ville. « Une approche de la culture pour tous, ajoute-t-il, intègre à la fois les quartiers culturels et, de manière tout aussi importante, la médiation et la diversité culturelles. »


Marcel Côté : renégocier l’entente Québec-Montréal


Pour sa part, Marcel Côté, chef de la nouvelle formation Coalition Montréal, se montre partant pour « augmenter et diversifier les sources de financement pour la culture ». Il s’engage à accroître la contribution municipale au budget du CAM de 10 % par année pendant quatre ans. Selon cet économiste, « le Conseil des arts devrait avoir les moyens de ses ambitions puisqu’il est l’outil privilégié de la Ville pour appuyer la création, la production et la diffusion artistiques professionnelles ».



M. Côté s’engage également à « renégocier l’entente entre le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Montréal et en revoir les paramètres pour assurer une meilleure distribution des ressources. « Cette entente de 164 millions $ sur trois ans inclut, entre autres, la consolidation du réseau des bibliothèques, la mise en valeur du patrimoine et le financement d’activités favorisant l’accès à la culture », précise la plateforme électorale de Coalition Montréal. Marcel Côté se dit aussi disposé à « explorer l’opportunité d’imposer une taxe sur les panneaux d’affichage et favoriser l’implication des milieux d’affaires ».


Abordant la question de l’accès des citoyens aux arts et à la culture, M. Côté s’engage à favoriser les activités de médiation, les résidences d’artistes dans les bibliothèques, les maisons de la culture et d’autres lieux institutionnels comme les écoles, les hôpitaux et les résidences pour personnes âgées. « Cet exercice devrait viser particulièrement, dit-t-il, le public des jeunes et des citoyens issus de la diversité, trop souvent exclus. »



Mélanie Joly : rattraper le retard en art public


Mélanie Joly, la plus jeune des candidats, part du constat désolant du « retard qu’accuse Montréal, ville UNESCO de design », comparativement à d’autres villes nord-américaines de la même taille. Et particulièrement en ce qui concerne le nombre d’œuvres d’art public sur le territoire de la métropole, le soutien accordé aux œuvres éphémères, la présence d’œuvres d’artistes de réputation internationale ainsi qu’en matière de diffusion et de promotion. « Cela se traduit, selon Mélanie Joly, par des espaces et ouvrages publics dont la qualité laisse trop souvent à désirer ». Elle affirme que la ville compte sur son territoire certains lieux au potentiel artistique incroyable. L’exemple le plus frappant, pour elle, est le Silo no 5 situé à l’extrémité ouest du Vieux-Port et à l’embouchure du canal de Lachine. Elle propose d’aménager cet édifice construit en différentes phases entre 1903 et 1959, et désaffecté depuis 1994, en « un immense lieu de projection citoyen, où les Montréalais seront appelés à soumettre leurs vidéos et images à être projetées sur cet écran géant : un méga YouTube ». Cela permettrait, selon la chef du groupe baptisé « Le vrai changement pour Montréal », d’ouvrir les milieux urbains et les espaces publics à l’art et au design de qualité, en les rendant accessibles partout et à la vue de tous.



Elle propose également d’aménager le parc Jean-Drapeau et de le doter des infrastructures nécessaires pour y présenter des concerts et festivals de calibre mondial. Elle s’engage à créer un poste de conservateur de l’art public montréalais avec des pouvoirs accrus. Elle s’engage aussi à mettre en valeur l’histoire de Montréal par des murales et des projections, en indiquant sur les plaques de rues l’origine de leur nom et en marquant les lieux de naissance et de résidence des Grands Montréalais.
 

Culture Montréal, les 21 devoirs d’un maire « plus actif »


Augmenter à 20 millions $ le budget du Conseil des arts de Montréal (CAM), prioriser la préservation et l’
implantation d’ateliers d’artistes à coût abordable sur l’ensemble du territoire de la ville, percevoir une taxe sur les panneaux d’affichage pour financer la culture à l’instar de Vancouver et Toronto, renégocier à la hausse les sommes liées à l’entente de développement culturel avec le gouvernement du Québec et consacrer une enveloppe distincte au développement des quartiers culturels.


Ce sont quelques-unes des 21 propositions présentées par l’organisation Culture Montréal qui souhaite que le futur maire de Montréal soit « plus actif » et « plus engagé ». Culture Montréal, qui se définit comme un mouvement citoyen indépendant et qui agit à titre de Conseil régional de la culture pour Montréal, sollicite ainsi un « engagement concret et conséquent des candidats à la mairie en vue d’accélérer l’édification de Montréal comme métropole culturelle durable, inclusive et cosmopolite ».



CM appelle aussi le prochain maire à jouer un rôle important pour inciter les gouvernements provincial et fédéral à augmenter leurs contributions au financement des infrastructures et des divers programmes de subventions, de bourses et de crédits d’impôts qui sont essentiels au maintien d’une activité artistique de qualité. Cette organisation demande également que le nouveau maire interpelle ses partenaires du Comité de pilotage de Montréal, métropole culturelle dès le début de son mandat pour que la réalisation intégrale du Plan d’action 2007-2017 soit assurée et que commence l’élaboration d’objectifs post 2017. « Le mandat de quatre ans du prochain maire s’achèvera en 2017, date butoir du plan d’action de Montréal, métropole culturelle, où convergeront plusieurs anniversaires (375
e de Montréal, 50e de l’Expo, 150e de la Confédération canadienne) », rappelle le CM qui veut qu’on profite de ce rendez-vous historique pour doter la métropole de « legs permanents et exemplaires en matière d’infrastructures ».

Les artistes mettent la pression

Les collectifs d’artistes multiplient les rassemblements et les rencontres pour amener les candidats à la mairie à préciser leur vision du développement culturel de Montréal et à tenir des engagements fermes et concrets.
  • Le 29 septembre à 14 h, un regroupement de plusieurs groupes et associations professionnelles organise au parc des Faubourgs un grand rassemblement. Objectif : assurer que les arts et la culture feront partie du débat électoral, que les candidats reconnaissent de façon tangible l’apport considérable des artistes au dynamisme économique et au rayonnement de Montréal sur la scène nationale et internationale et que cette reconnaissance se traduise par des engagements fermes et concrets de leur part.
  • Le 1er octobre à 19 h 30, Culture Montréal organise au Club Soda une rencontre/débat où les quatre principaux candidats à la mairie sont invités à présenter leurs programmes de développement culturel de la ville et à répondre aux questions du public.

Labels: , ,