La Scena Musicale

Thursday, 10 July 2014

Le Nouvel ensemble vocal - enfin un chœur a capella juste!

Par Marc-Olivier Laramée

En juin, un nouvel ensemble vocal fit son apparition sur la scène montréalaise de la musique classique. Le chant choral occupe une place de plus en plus importante au Québec, mais peu de chœurs peuvent se prévaloir du titre de chœur professionnel. L’Orchestre symphonique de Montréal, avec son nouveau chœur de chambre professionnel ou bien le Studio de Musique ancienne en sont de bons exemples.

Ce nouveau chœur est formé de chanteurs provenant des universités McGill, Concordia et de l’Université de Montréal d’où provient justement le chef de chœur Pascal Germain‑Berardi. Le chœur est aussi soutenu par plusieurs anciens Petits Chanteurs du Mont-Royal, ensemble dont M. Germain‑Berardi a aussi fait partie.

Ce concert avait pour objectif de lancer ce nouveau projet, d’établir des bases en vue de prochains concerts. « J’étais entouré de jeunes musiciens de qualité ne demandant qu’à avoir des occasions pour performer… » dit le chef. Ces chanteurs ont répondu présent, donnant ainsi une performance a cappella d’une justesse rarissime dans le chant choral. Avec des effectifs restreints de quatre chanteurs par voix, le résultat est fort surprenant.

Pour débuter le programme, une œuvre sortant des classiques du chant choral, Mirages sur le désert de Gobi, de Se Enkhbayar. Cette œuvre tire son inspiration de la musique orientale de la Mongolie. Le public fut transporté dans un univers contradictoire par les effets sonores du chœur et méditatifs du désert, cet univers accompagné d’une voix fraîche parfaite d’une soprano, l’audience se sentait transportée tout droit en Mongolie.

Par la suite, un vent estival emplit la salle avec l’interprétation des 3 Chansons de Charles d’Orléans de Claude Debussy. Bien que l’arrimage des différentes voix ne fut pas à son meilleur, la troisième chanson fut la mieux réussie.

S’ensuivirent deux compositions. Lève-toi, une pièce inspirée du Cantique des Cantiques, une œuvre originale du chef lui-même. Cette pièce rendue sous la forme d’un motet était d’une pureté et finesse cristallines. Les qualités vocales du chœur furent mises à l’honneur. Une justesse parfaite! La deuxième composition, T’en souviens-tu Godin? de Jean‑Christophe Arsenault, un jeune compositeur québécois, est inspirée de l’œuvre du très connu ministre de l’immigration et écrivain Gérald Godin. On peut percevoir toute l’envergure du travail fait par Godin. L’histoire du Québec, ses échecs et ses défis. Pour terminer la première partie, le Magnificat d’Avro Pärt ainsi qu’une œuvre du pédagogue de la musique hongroise, Evening Song de Zoltán Kodály.

La deuxième partie, elle, était dédiée aux compositeurs des 18e et 19e siècles. Tout d’abord, le Miserere Mei de l’italien Antonio Lotti. Le chant sacré est souvent bien chanté mais encore plus souvent mal interprété. Heureusement, ce nouveau chœur a réussi à marier les deux. Le style, l’ambiance, le sens de l’œuvre et encore une fois l’élément le plus important la justesse, tout y était!

Vient ensuite mon coup de chœur, le Concerto pour Chœur de Sergeï Rachmaninoff. Cette œuvre est complète. Que ce soit ici la légèreté et agilité des voix de femmes dont c’était la meilleure performance ou bien la profondeur et la solidité des hommes. Le sérieux de la religion orthodoxe et le souci de l’équilibre des voix étaient extraordinaires. Les 16 chanteurs ont tout donné et tout fait pour créer un amalgame équilibré tel un bon vin.

Pour terminer le concert, le Pater Noster de Giuseppe Verdi ainsi que trois motets d’Anton Bruckner. Le Pater Noster tout comme le Magnificat de Pärt manquaient tous deux de coordination. Les tempi semblaient vagues. Dans le cas des motets, parmi Locus Iste, Vexila Regis et Os Justi, le deuxième remporta le prix d’interprétation. Même les silences chantaient!

On peut dire que dans l’ensemble, la justesse est l’élément fondamental qui distingue ce chœur des autres. Malgré quelques faux pas, avec un travail de cohésion entre les membres et une attention plus particulière à regarder le chef pendant le concert, ces chanteurs pourraient devenir un incontournable parmi les chœurs professionnels.

Concert inaugural du Nouvel ensemble vocal
Direction : Pascal Germain-Berardi
Samedi 14 juin 2014, 20h00
Paroisse de la Nativité de la Sainte-Vierge, 3200 Ontario, Montréal 

Labels: , ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]



<$I18N$LinksToThisPost>:

Create a Link

<< Home